Où vivent les Français les plus riches ?

L’INSEE a publié hier (le 12/05/2020) son étude sur les personnes à très haut revenu, qu’elle définit comme étant les 1% des ménages français les plus aisés. On y apprend notamment que plus de 40% de ces très hauts revenus vivent en région Île-de-France… Jusqu’ici pas de surprise mais chez Familiv on s’est surtout intéressés aux prix de l’immobilier dans les villes où vivent ces ménages les plus riches

Voyons donc ce qu’on a découvert en recoupant les infos…



Propriétaire à la recherche de votre future résidence principale ?

Trouvez la perle rare plus vite et sans frais avec Familiv


Décrire mon projet

Qui sont les personnes à très hauts revenus en Île de France ?

Sur les 6,4 millions de ménages habitant en Île de France, l’Insee en recense 246.000 dans la catégorie des très hauts revenus. Au niveau national, les personnes à très hauts revenus représentent 1% de la population Française mais leur concentration est plus forte en région Ile de France, où ils représentent 4% des ménages.

Avec plus de 130.000 ménages, Paris concentre sans surprise la majorité des personnes riches (6,3% des habitants de la capitale). Viennent ensuite les villes des Hauts-de-Seine puis celles des Yvelines… Bref l’Ouest, encore et toujours, comme au XIXème siècle.

Source INSEE/FILOSOFI 2017 – Très hauts revenus par commune francilienne

Enfin, en termes de revenus, on entre dans le club des 1% les plus riches si l’on perçoit plus de 108.670€ par an et par personne*, c’est à dire 9.060€ par mois pour une personne seule ou 19.020€ par mois pour un couple avec 2 enfants*.

Dans quelles villes habitent les personnes les plus riches d’Île de France ?

Voyons d’abord les villes où les très hauts revenus ont choisi de s’installer.

Top 20 des villes où l’on trouve le plus de familles aisées


  1. Paris : évidemment, Paris concentre la grande majorité des ménages à très hauts revenus avec plus de 130.200 familles, soit 26% des ménages très aisées de la région Île-de-France. Cependant, la disparité est forte selon les arrondissements :

    • Paris 16ème : avec plus de 28.000 ménages à très hauts revenus (18% des ménages de l’arrondissement) le 16ème arrondissement reste sans surprise le lieu de vie privilégié par les foyers très aisées. Le 16ème arrondissement abrite ainsi 12% des personnes les plus riches d’Ile-de-France.

    • Paris 17ème : 15.500 familles aisées ont fait le choix de vivre dans le 17ème arrondissement

    • Paris 15ème : 12.200 ménages aisés

    • Paris 7ème : 11.000 ménages à très hauts revenus

    • Les autres arrondissements huppés de la capitale comptent tous moins de 10.000 ménages riches, essentiellement à cause de leur superficie réduite : 7.400 ménages dans le 8ème arrondissement, 6.300 familles dans le 6ème, 5.700 dans le 9ème, 4.600 dans le 5ème, 3.100 dans le 3ème…



  2. Neuilly-sur-Seine (92) se classe en seconde position avec 12.500 ménages très aisés ayant choisi cette ville pour pour lieu de résidence principale.

  3. Boulogne-Billancourt (92) : 8.200 ménages très aisés

  4. Versailles (78) : 3.900 ménages

  5. Levallois-Perret (92) : 3.800 ménages

  6. Rueil-Malmaison (92) : 3.700 ménages

  7. Saint-Maur-des-Fossés (94) : 2.900 familles

  8. Saint-Cloud (92) : 2.900 foyers à très hauts revenus

  9. Courbevoie (92) : 2.600 ménages

  10. Saint-Germain-en-Laye (78) : 2.300 ménages

  11. Le Vésinet (78) : 2.200 ménages

  12. Asnières-sur-Seine (92) : 2.200 ménages

  13. Meudon (92) : 2.200 ménages

  14. Issy-les-Moulineaux (92) : 2.100 ménages

  15. Suresnes (92) : 1.900 ménages

  16. Vincennes (94) : 1.900 familles

  17. Saint-Mandé (94) : 1.600 ménages

  18. Garches (92) : 1.600 foyers

  19. Antony (92) : 1.550 familles

  20. Colombes (92) : 1.500 ménages

Top 20 des communes où la concentration de ménages à très hauts revenus est la plus forte

Au-deà du nombre de familles très aisées, intéressons-nous maintenant à la part qu’elles représentent sur l’ensemble de la population d’une commune afin d’identifier les villes très marquées par le phénomène de concentration des très hauts revenus.


  1. Paris : dans la capitale, les ménages à très hauts revenus représentent 6,3% de la population. Là encore, les disparités sont très importantes selon les arrondissements :

    • C’est dans le 7ème arrondissement de Paris que la concentration des plus hauts revenus est la plus importante avec plus de 23% des ménages appartenant à cette catégorie.

    • Vient ensuite le 8ème arrondissement : 20% des ménages de l’arrondissement sont très aisés

    • Puis le 6ème arrondissement : 18% de ménages à très hauts revenus

    • Naturellement, le 16ème arrondissement figure en très bonne position avec également 18% de ménages à très hauts revenus

    • Le 1er arrondissement compte 12% de ménages dans ce cas

    • Les 9ème, 3ème et 4ème arrondissements comptent chacun 10% de ménages à très hauts revenus.

    • Le 17ème, le 5ème et le 2ème arrondissements affichent chacun 9% de familles très aisées

    • Dans les autres arrondissements parisiens, la part des très hauts revenus tombe en dessous de 6%



  2. Neuilly-sur-Seine (92) : en nombre, comme en proportion, Neuilly-sur-Seine justifie sa réputation. Les ménages très aisés représentent 21% des foyers de la commune.

  3. Marnes-la-Coquette (92) : 15% des ménages de la commune sont très aisés.

  4. Le Vésinet (78) : 14% des familles de la commune appartiennent à la catégorie des très riches définie par l’INSEE

  5. Saint-Nom-la-Bretèche (78) : 12% des ménages de la commune sont très riches

  6. Vaucresson (92) : 12% des familles de la ville sont très aisées

  7. Fourqueux (78) : 10% de ménages à très hauts revenus dans la commune

  8. Saint-Cloud (92) : 10% des ménages de la commune

  9. Croissy-sur-Seine (78) : 10% des ménages de la commune

  10. L’Étang-la-Ville (78) : 9% des ménages de la commune

  11. Villennes-sur-Seine (78) : 9% des familles de la ville

  12. Feucherolles (78) : 9% des ménages

  13. Garches (92) : 9% des foyers

  14. Louveciennes (78) : 8% des familles

  15. Sceaux (92) : 8% des ménages

  16. Ville-d’Avray (92) : 8% des ménages

  17. Saint-Mandé (94) : 8% des familles

  18. Mareil-Marly (78) : 7% des foyers

  19. Boulogne-Billancourt (92) : 7% des familles

  20. Chambourcy (78) : 7% des ménages

Les données de l’INSEE sont très claires sur les choix des familles les plus aisées en termes de lieux de vie : Paris et les villes de l’ouest Parisien sont très clairement plébiscitées. Et avec une concentration de personnes aisées dépassant les 20% certaines communes sont à la limite du ghetto de riche. Dans un article de 2019, le journal Le Monde décrit d’ailleurs une polarisation grandissante et une diminution de la mixité sociale en Île-de-France.

Lieux de vie des très hauts revenus et prix de l’immobilier

La corrélation entre la concentration de personnes à très hauts revenus au sein d’une commune et le niveau des prix de l’immobilier est assez évidente mais nous voulions tout de même la vérifier. Nous avons donc comparé les prix moyens par m2 de chaque commune d’Île de France à la concentration de ménages à très hauts revenus.

Et le constat est sans appel : les communes dans lesquelles les prix de l’immobilier sont les plus élevés sont également celles qui concentrent le plus de très hauts revenus… Plus les prix immobiliers sont élevés et plus la concentration de personnes à très hauts revenus est forte.

Alors que nous écrivons ces lignes, les personnes à très hauts revenus représentent 15% des habitants des communes dans lesquelles les prix moyens de l’immobilier sont supérieurs à 12.000€ / m2. Et on constate que le poids des très hauts revenus dans la population globale diminue à mesure que les prix / m2 se réduisent. Mais attention, qui de l’oeuf ou de la poule … sur ce point on se prononcera pas ici. Ce sera peut être lors d’un prochain article…

* 108.670€ de revenus annuels par unité de consommation soit 9.060€ par mois pour une personne seule et 19.020€ par mois pour un couple avec 2 enfants de moins de 14 ans (l’âge des enfants est pris en compte pour la définition du nombre d’unités de consommation du foyer).



   Retour au guide

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus OK